Action Culturelle 2013

École de musique : mission d'ouverture

Action Culturelle 2013

 

Christian Méchin, directeur de l'école de musique. (Photo Véronique Amans)

952071-22609194-460x306.jpg



La saison culturelle de l'école de musique de la Communauté de communes de Surgères est faite de moments privilégiés indispensables pour que les musiciens acquièrent une « tête bien faite » en même temps que « bien pleine », espère Christian Méchin, son directeur.

Rencontres musicales

En présentant le calendrier et les actions à venir tout au long de l'année il a insisté sur les missions pédagogiques des conservatoires de musique, « une mission d'ouverture, de formation de l'amateur à la culture musicale pour aider chacun à trouver sa pratique musicale, à l'inventer, et lui permettre la rencontre avec des personnalités du monde artistique ».

Ainsi tout au long de l'année, vont se succéder des rencontres musicales, des spectacles et des enseignements. Dans une politique de diversité qui permettra de répondre au mieux aux missions définies. Avec plus « de transversalité en associant à la musique, les arts de la danse et du théâtre, en mettant en place des master class qui permettront aux élèves de bénéficier de l'enseignement de musiciens de grande renommée, tel Pierre Lénert en mars prochain. Et en continuant les missions d'éducation et de sensibilisation à la musique, en milieu scolaire.

Christian Méchin a aussi rappelé l'implication et les participations nombreuses de l'école de musique dans la vie de la cité. L'exemple le plus proche, ce sont les rencontres des élèves de trompette, réunissant Surgères, Rochefort, Puilboreau, Aigrefeuille, Périgny et Châtelaillon, cette fin de semaine avec concerts des élèves et des professeurs. Et l'opéra « Orphée et Eurydice », avec la participation des chœurs d'enfants et d'adultes de l'école de musique.

A la rencontre du public

« Découvrir la musique et les arts en général, éveiller la curiosité, permettre de devenir un amateur éclairé, aller à la rencontre du public, ce sont les motivations qui nous animent », a conclu Christian Méchin.

Surgères